Ciné Club - Cinéma CINE A Amboise

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Evénements
LE CINÉ CLUB
Les films seront présentés par Pascal JUBIN, Lionel Tardif sera présent pour des hommages à divers cinéastes.
 Tarif unique 7 euros 
Jeudi 18 janvier 2018 à 20h00
 
La charge héroïque
(1949) - Durée : 1h40 - V.O.S.T.F
Western, Américain, réalisé par John Ford
Acteurs : John Wayne, Joanne Dru, John Agar, Ben Johnson, Harry Carey Jr., Victor McLaglen...
La charge héroïque est le deuxième film de la trilogie de John Ford sur la cavalerie.
Il se déroule à l’époque qui suit celle de Fort Apache c’est-à-dire juste après la défaite du Général Custer. Nous sommes dans un fort isolé qui est entouré de tribus indiennes sur le sentier de la guerre et dont le capitaine est à quelques jours de la retraite. John Ford nous emmène une fois de plus dans des paysages somptueux pour partager la vie de garnison. Son héros est un homme d’expérience, qui cherche à plus comprendre qu’à combattre les indiens. John Wayne, vieilli pour le rôle de quelque vingt années, montre ici de réelles qualités pour incarner cet homme de paix. Plus qu’une vision historique, c’est une réflexion sur le début de la vieillesse que nous propose John Ford : que fait un héros ordinaire quand il est mis à la retraite ?
Ford se concentre sur les rapports humains, la complicité entre les générations chez les soldats de métier, la force des sentiments. Cette glorification de la vie militaire pourra bien entendu bloquer certains spectateurs mais il faut aller au-delà pour apprécier le
cinéma de John Ford, la simplicité d’une grande pureté amplifiée par les décors majestueusement graphiques de Monument Valley. La Charge Héroïque est avant tout un très beau film…
 
Jeudi 25 janvier 2018 à 20h00
 
 La source des femmes
(2011) - Durée : 2h10 - V.O.S.T.F
Drame, italo-maroco-français réalisé par Radu Mihaileanu
Acteurs : Leïla Bekhti, Hafsia Herzi, Biyouna, Hiam Abbass...
 Depuis des générations, les femmes d'un petit village arabe isolé vont puiser l'eau à la source, située loin des habitations, et la rapportent péniblement sur leurs épaules. Les accidents sont fréquents. Leila, la jeune épouse de l'instituteur, Sami, organise la
révolte. Son message passe mal auprès des autres villageoises, d'autant qu'elle n'est pas née dans le village et manque de l'autorité nécessaire. Une vieille femme, Vieux Fusil, lui apporte son soutien. Et c'est décidé : toutes se refuseront à leurs maris jusqu'à ce qu'ils acceptent de partager le travail. Sami est d'accord avec l'initiative de Leila, mais doit affronter l'hostilité de sa mère...
Ce n'est ni un film historique, ni une fiction mais un fait toujours actuel dans certains villages du Maghreb ou du Moyen-Orient. Les femmes cherchent l'eau à la source dans les hauteurs en prenant beaucoup de risques pendant que les hommes... attendent. Ainsi, ce film raconte le combat mené par ces femmes voulant changer les habitudes, et ramener plus d'amour dans le village. Dans ce conflit, les femmes doivent faire face aux menaces de répudiation de la part de leurs maris mais aussi aux coups, voire aux viols. Avec détermination, elles vont se mobiliser pour faire reconnaître leur cause. Le réalisateur ne situe pas l'action du film dans un lieu précis. Ce mystère a pour objectif de donner une universalité au film. Ce sont non seulement des villages, mais aussi des grandes villes qui pourraient se sentir concernés par ces messages d'amour et d'entraide, thèmes souvent délaissés. Radu Mihaileanu soutient que « c'est un film pour la beauté de la femme et pour la beauté de l'amour, mais un amour
qui puisse s'affirmer librement ».
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu